Depuis la fin du XIXème siècle, les Hommes tentent de mesurer l'intelligence ce qui est en soit impossible ! Mais plusieurs méthodes quoique un peu déroutantes ont vu le jour en Europe par cette envie de mesurer ce qui n'est pas mesurable.

En effet, on sait aujourd’hui que la mesure de l’intelligence ne doit pas seulement prendre en compte des paramètres purement scientifiques et génétiques. Il faut savoir que les connaissances actuelles sur le sujet sont le fruit de deux courants en psychologie qui  se sont opposés quant à la mesure de l’intelligence tout au long du XXème siècle. D’une part un courant américain plus axé sur l’aspect scientifique de la mesure de l’intelligence et d’autre part un courant européen plus axé sur les sciences humaines centrées sur l'esprit.

A la fin du XIXème en Europe, on a commencé à essayer de mesurer l’intelligence avec des crânes de criminels, c’est la phrénologie qui vient du grec : φρήν,le cerveau et λόγος, la connaissance. Ainsi, on essayait de déterminer les différences qu’il existerait entre des crânes de personnes considérées comme normales et ceux de criminels considérés comme dérangés et donc moins intelligents. Cette théorie n’a pas franchie le début du XXème siècle. Bien qu’elle ait été abandonnée en Europe, elle a été reprise dans les années 50 pendant l’apartheid aux Etats-Unis. Cet exemple montre bien que les progrès et les avancées sur la mesure de l’intelligence ne se sont pas fait de manière linéaire et se sont heurtés à des limites sociétales puisque les savants essayaient au final de chercher ce qu’ils se figuraient (que les noirs seraient moins intelligents que les blancs); que l’on pouvait reconnaître un criminel seulement en étudiant son crâne ou alors établir des critères raciaux de par la simple mesure de ce qu’ils définissaient comme intelligence.

1895-Dictionary-PhrenologIllustration et définition de la phrénologie, Dictionnaire Webster 1895, Wikipédia

Au cours du XXème siècle, la psychologie en Europe s’est orientée sur les sciences humaines et cherchait ainsi la compréhension de l’individu alors qu’aux Etats-Unis on cherchait dans la mesure de l’intelligence une classification, des statistiques, un aspect scientifique et biologique

La psychologie moderne a combiné ces deux visions. Cependant il existe encore des désaccords sur le sujet parmi les spécialistes de la question et de nouvelles théories font sans cesse évoluer les critères de la mesure de l’intelligence car il ne faut pas oublier que l’intelligence est un concept mais n’est pas matérielle.